Fiche n°34

Suite à une polémique nationale, l’Agence du service civique ostracise une association de soutien aux femmes musulmanes

Présentation du cas

Créé en 2015 par deux jeunes entrepreneures sociales et réalisatrices de documentaires, l’association Lallab entend « faire entendre les voix des femmes musulmanes pour lutter contre les oppressions racistes et sexistes ». En août 2017, elle fait l’objet d’une polémique nationale suite au relais par l’Agence du service civique de trois missions pour des jeunes âgés de 16 à 25 ans. Accusée de proximité avec les frères musulmans, de communautarisme, d’islamisme et d’homophobie, l’association voit ses trois missions de volontariat supprimées ainsi que son compte sur la plateforme de l’agence publique.

Description du cas

9 août 2017 :
L’association annonce le recrutement de de trois volontaires en service civique afin de prendre part à des opérations rémunérées environ 500 euros par l’État. L’association proposait alors d’aider à « produire un environnement, des ressources et des outils favorisant la liberté de chaque femme musulmane à définir son identité et son parcours de vie ». Dans le détail, l’objectif annoncé était « de contribuer à l’accompagnement des bénévoles, à l’organisation et à la proposition de différents formats d’événements ».

L’annonce fait rapidement l’objet de vives critiques sur les réseaux sociaux, notamment de la part des milieux d’extrême-droite et finalement d’une polémique nationale, la troisième en moins de neuf mois pour l’association.

14 août 2017 :
Nassim Seddiki, secrétaire général du Printemps Républicain interpelle sur Twitter l’Agence du Service Civique et Marlène Schiappa, la Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations : « est-ce votre rôle de payer la propagande d’une asso islamiste @AssoLallab ? »

17 août 2017 :
Les annonces de l’association sont suspendues sans préavis par le site gouvernemental. L’agence se justifie sans reconnaitre qu’elle cède aux pressions : « Ce sont des missions qui nous semblaient être très proches de missions que pourraient réaliser des salariés. On est vigilants. C’est sur ce point-là qu’il y a divergence. L’annonce est suffisamment détaillée pour que ça ressemble à une fiche de poste un peu classique".

Type d'action collective sanctionnée

Défense des droits des femmes musulmanes

Institution responsable

Agence nationale du service civique

Sources

Articles de presse :

Date